Mobilisation contre la diffusion du film antisémite
"Le Juif Süss - juin 1941

 

 



André Mandouze, professeur au lycée Lalande durant l'année scolaire 1940-1941, raconte, p 82-83 de son livre « Mémoires d’outre-siècle 1- D’une Résistance à l’autre», comment lui et son collègue, Devivaise, professeur de philosophie, se sont mobilisés pour empêcher la diffusion du film antisémite, « Le Juif Süss », en juin 1941: croix gammées peintes sur les affiches pour mettre en garde la population contre le caractère raciste du film, chahut organisé lors de la diffusion du film... suivis de leur arrestation (heureusement ponctuelle) par la police.

Ils mobilisent avec eux une partie de leurs élèves, dont Claude Werth, fils de Léon Werth, élève de 1ère au lycée. Dans son journal "Déposition" (p.255), Léon Werth évoque aussi ces faits : "Je donne ce récit d’après Claude, qui faisait pour la première fois, hier soir, acte de citoyen".

Le journal de Léon Werth, intellectuel parisien (journaliste, essayiste, ami de Saint-Exupéry qui lui dédie "Le Petit Prince", rattrapé par sa judaïté) installé dans sa maison de campagne de Saint Amour du fait de la guerre, nous livre un témoignage passionnant sur le contexte de la guerre dans l’Ain, l’état et l’évolution de l’opinion publique dans ce département rural.